Comment savoir si les amortisseurs sont usés et quel est leur rôle

Les amortisseurs jouent le rôle d’absorbeurs de chocs et garantissent l’efficacité et la réponse immédiate aux actions sur les freins et la direction en maintenant en permanence les roues au contact du sol.
Enfin, il faut savoir que des amortisseurs en mauvais état accélèrent notablement l’usure des pneumatiques, des rotules et autres jonctions mécaniques, des cardans, etc., sans oublier les barres de torsion ou ressorts, selon les modèles.

Sur nos voitures courantes, on reconnaît deux systèmes principaux de suspensions.
Les jambes de force du type «Mac Pherson» et les amortisseurs conventionnels avec barre de torsion ou ressort indépendant. Signalons pourtant qu’il existe encore, notamment sur les véhicules anciens et sur des modèles utilitaires étrangers, des amortisseurs à levier et (ou) à ressorts à lames.

Dans les deux premiers procédés, un amortisseur télescopique vient compléter et discipliner l’effet de suspension créé par un ressort hélicoïdal ou une barre de torsion (appelée également barre antiroulis, barre anti-tangage, etc). Il empêche le rebond et exerçant une force importante vers le haut aussi bien que vers le bas.

La suspension Mac Pherson :
Ce principe très répandu est très souvent placé à l’avant des véhicules. Il se compose d’amortisseurs télescopiques inclus dans des jambes de force à ressorts. Le remplacement de l’amortisseur suppose le démontage complet de la jambe de force, et l’extraction du ressort. Opération dangereuse sans un matériel adapté.

Autre inconvénient, il est généralement nécessaire, à l’avant notamment, de démonter presque totalement le demi-train, rotules et transmission incluses.

La suspension conventionnelle : plus simple, ce type de suspension équipe indifféremment l’avant ou l’arrière de la voiture. Il se compose d’un amortisseur télescopique associé à un ressort hélicoïdal indépendant ou à une jambe de force reliant les deux demi-trains. Dans la plupart des cas, l’amortisseur peut être changé sans qu’il soit utile de démonter le reste du système. Un avantage certain, donc, pour le bricoleur.

Vérification des amortisseurs
L’usure des amortisseurs est progressive. Cette dégradation lente fait que, généralement, elle n’est pas perçue par l’automobiliste qui tend à adapter sa conduite aux réactions de la voiture. Mais des manifestations claires peuvent être décelées si l’on y prête attention.

Les symptômes : les signes d’usure des amortisseurs sont flagrants. Ainsi, si la tenue de route et l’adhérence se sont dégradées, si le capot «plonge» dans les virages et au freinage, si des bruits suspects (souffle ou grincements sur les bosses) semblent provenir de l’intérieur des ailes, si la direction semble s’être assouplie, ainsi naturellement que si la voiture rebondit interminablement après un cahot, il est manifeste que les amortisseurs sont à remplacer.
Un autre symptôme, visuel celui-ci : un amortisseur usagé laisse bien souvent échapper de l’huile à l’endroit où l’axe pénètre dans le tube.

Comment choisir ses amortisseurs.
A considérer avec le plus grand sérieux, le choix d’un amortisseur de qualité est fondamental. En règle générale, et comme pour toute pièce importante, il est raisonnable de préférer des marques connues, et préconisées par le constructeur automobile. Il existe bien des gammes de produits qualifiés d’adaptables, généralement vendus selon le principe de l’échange standard. Si ces éléments répondent le plus souvent aux critères de qualité et de sécurité, il nous a été donné d’en tester de moins bons, n’ayant pas la même durée de vie. Mais les bas prix généralement pratiqués peuvent éventuellement justifier l’équipement par l’un de ces modèles d’un véhicule roulant peu.

Les remplacer
Le remplacement des amortisseurs de type Mac Pherson, doit se faire par un professionnel équipé d’un matériel adéquat. D’autant qu’il pourra juger, en effectuant le remplacement, de l’état général des rotules, des coussinets et autres silentblocs.
Pour le remplacement des amortisseurs conventionnels, à ressort décalé ou à barre de torsion, le dossier suivant décrit les opérations à suivre. Il faut cependant garder en mémoire que les amortisseurs doivent toujours être remplacés par paire sur un même essieu.

Si un seul était remplacé, le véhicule serait immanquablement déséquilibré. D’ailleurs, les amortisseurs sont généralement vendus par deux, ce qui résout le problème. Enfin, à l’extrême, il est plus judicieux encore de remplacer les quatre amortisseurs au même moment.

Pour des raisons de sécurité tout d’abord, puisqu’une voiture est supposée être toujours horizontale, mais également pour éviter que la suspension neuve subisse des efforts importants en ayant à supporter la faiblesse des amortisseurs usagés.

Leave a Reply