La conduite pour handicapé : quels sont les équipements et leurs prix

En France, on trouve des auto-écoles indépendantes, mais surtout deux qui assurent une formation aux handicapés : l’ECF (École de conduite française) et le CER (Centre d’éducation routière).

Si l’heure de conduite s’avère de 6 à 9 € plus chère que la moyenne, la volonté des candidats est telle qu’ils réussissent leur examen aussi vite que les candidats valides.

À noter que pour passer le permis, une visite médicale auprès d’un médecin agréé, facturée 24,39 €, non remboursée par la Sécurité sociale est obligatoire.

Mais que ceux qui ne sont pas attirés par le carton rose se rassurent : certaines accessoiristes, dont Kempf, proposent d’aménager des voitures sans permis.

Les handicapés sont animés par le même état d’esprit : rester actif. 
Les personnes à mobilité réduite deviennent des conducteurs autonomes.
En effet, depuis la loi du 11 février 2005, qui a notamment porté le montant annuel du Dispositif pour la vie autonome (DVA) à 60 000 € (contre 28 800 € précédemment), les aides suivent, et des organismes ont été créés pour participer financièrement à l’équipement automobile.

S’ÉQUIPER
Commodo, accélérateur et frein au volant, joysticks, pédales inversées pour conduire avec une seule jambe, les options spécifiques sont pléthores.
La conduite est plus accessible car il est plus facile de s’équiper.
Les accessoiristes sont nombreux, et les adaptateurs locaux sont en augmentation. De plus, Renault avec Handiservice, Fiat avec Autonomy et le groupe VW avec Passeport Liberté disposent d’un département qui lie leurs concessions à ces équipementiers.

Pour en savoir davantage sur les produits et les garages spécialisés, faites appel au Centre d’information et de conseil sur les aides techniques (Cicat) de votre région.

La finance
Les accessoires sont malheureusement onéreux. Exemple pour un paraplégique : après l’achat d’un véhicule à 13 500 €, il faut lui installer pour 26000 euros d’équipements pour qu’il puisse conduire.
Heureusement la Vie Autonome aide beaucoup.
De plus des organismes gouvernementaux ou départementaux, financent également jusqu’à 100 % des accessoires. C’est le cas de l’Agefiph, de la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA) via la Sécurité sociale, ou encore de la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH).
Enfin, des associations telles que le Secours Populaire, le Secours Catholique, l’Association des paralyses de France et autres aident à constituer des dossiers de demande et peuvent même participer aux frais d’equipements.

Leave a Reply