Voiture qui roule au diesel : les inconvenants

Plus performants, les nouveaux diesels le sont assurément. Mais l’évolution de cette haute technologie s’accompagne parfois de « couacs ».

Un nouveau diesel c’est quoi ?

QTDI, Hdi, JTD, CDI, Vdi, dCi,etc… Derrière ces sigles se cachent les nouvelles motorisations diesel mettant au rang des antiquités le bon vieux moteur turbo-diesel. Elles fonctionnent grâce à la technique d’injection du gazole à très haute pression (1 300 voire 2 000 bars contre 140) par Common rail (Rampe commune d’alimentation du gazole haute pression). Le tout est géré électroniquement.

De sacrés atouts…

Résultat, l’injection diesel haute pression est particulièrement performante : fonctionnement à froid quasi optimal, montée en puissance rapide, conduite presque silencieuse. Et ce n’est pas tout, consommation et rejets polluants sont en baisse.

Mais aussi quelques dérapages

Mais le rêve est parfois assombri par des pannes précoces. Diagnostics : injecteurs bloqués, fuites, pompes grippées, joints qui lâchent, moteurs cassés…Des pannes graves dont les réparations coûtent au bas mot plusieurs milliers de francs.

De l’eau dans le gazole

A l’origine de ces pannes, le plus souvent une histoire d’eau. Car ces moteurs sont très sensibles à la présence d’eau et d’impuretés dans le gazole. En l’absence de témoin de présence d’eau (seules les Toyota Avensis en sont équipés), reste à prendre quelques précautions.

Faites un plein malin

Pour limiter la présence d’eau dans le gazole, après un long parcours, penser à refaire le plein. Cela limitera le phénomène de condensation causée par un moteur chaud sur un réservoir à moitié vide. Gare aux stations services qui ne respectent pas un temps de pause nécessaire entre le remplissage de leurs cuves et leur mise en service : il faut laisser le temps aux impuretés de retomber au fond de la cuve. Derniers conseils, ne jamais ajouter d’additif au gazole et… éviter de tomber en panne de carburant.

Leave a Reply